Menu
handplanet handplanet


handplanet

Un Brésil valeureux, des espagnols bien heureux

Rédigé le Lundi 23 Janvier 2017 à 19:02 | Lu 580 fois


Les 8000 spectateurs présents à l’Arena de Montpellier ne s’attendaient certainement pas à un tel scénario entre une Espagne largement favorite et l’outsider brésilien. Maladroite en attaque et coupable de nombreuses fautes, c’est une « petite » Rioja qui se qualifie pour les quarts de finale de ce championnat du monde.


Une première période accrochée

Le coup d’envoi de cette rencontre fut donné par les hommes de Washington Silva. D’entrée de jeu, les espagnols défendaient avec un homme avancé mais cela ne pût empêcher l’ouverture du score de Joao Silva. Dans l’action suivante, c’est Julen Aguinagalde qui répondait à Silva en inscrivant un but à 6m. Les deux équipes se rendaient alors coup pour coup. A l’image de Langaro inscrivant le second but brésilien puis d’Alex Dujshebaev lui répondant du tac au tac.
Le premier break de la partie était fait par les Auriverde à 12ème minute de jeu, mais vite réduit par un Joan Canellas en grande forme. Aucun affolement n'était visible dans le camp brésilien. Les largesses espagnoles (4 sanctions de 2 minutes dans cette première période) allaient alors les aider à conserver cet infime avantage au score. De son côté, Cesar Almeida se mettait en évidence en réalisant des parades dignes d’un funambule. Voyant son équipe maladroite en attaque, Jordi Ribera décidait de poser son premier temps-mort à la 18ème minute de jeu alors que son équipe prenait trois buts de retard.
 
Les hommes de Washington Silva rentraient au vestiaire avec deux buts d’avance sur leurs adversaires du soir (18 – 16).

Une Rioja incapable de dérouler

A l'instar des deux premiers huitièmes de finale qui ont vu la Norvège et la France accrochées avant de dérouler, on pensait l'Espagne capable de faire de même. Le Brésil tenait pourtant bon emmené par le duo Silva-Chiuffa, 12 buts à eux deux.
Rodrigo Corrales, entré en jeu à la place de Gonzalo Perez de Vargas peu en réussite ce soir (4 arrêts seulement), remettait les Ibers sur de bons rails. Dujshebaev n'était pas en reste et permettait au match de s'emballer. L'Arena de Montpellier prenait fait et cause pour les Carriocas et sifflait les offensives espagnoles. On sentait le Brésil sur le fil, incapable de creuser l'écart. Il n'en fallait pas plus au duo Dujshebaev-Canellas ( 5 buts chacun) pour espérer de nouveau à la qualification.
 

Une fin de match cruelle pour les Carriocas

Alors que l'on pensait que le match allait se finir aux prolongations, le brésilien Toledo se rendait coupable d'une faute grossière, à la 58ème minute. Logiquement, il fut exclu 2 minutes par les arbitres suisses.
Les Carriocas, forcés de finir le match à 6 contre 7, allaient craquer et permettre à la Rioja de prendre deux buts d'avance. Les coéquipiers de Joao Pedro Silva allaient alors jouer leur vatout, Silva posait son troisième temps-mort de la partie. La consigne était claire, marquer rapidement et faire un pressing très haut dès la remise en jeu.
27-28, un pressing brésilien ligne médiane, c'était trop tard, le rêve Auriverde était passé, l'Espagne de Jordi Ribera se qualifiait pour les quarts de finale. Les hispanos pouvaient exulter et attendre de savoir qui de la Croatie ou de l'Egypte, ils affronteraient en quart (mardi, 20h45).

Notez

Dans la même rubrique :
< >