Menu
handplanet handplanet



USDK | Jean-Pierre Vandaele, un président heureux.

Rédigé le Mardi 13 Juin 2017 à 21:43 | Lu 1902 fois


Après 6 ans de présidence à la tête de l’USDK, Jean-Pierre Vandaele dresse un bilan complet de la saison écoulée des objectifs à tenir et des trophées gagnés.


USDK | Jean-Pierre Vandaele, un président heureux.
Bonjour Jean-Pierre,

Suite au décès de Nicolas Bernard, vous êtes le président de Dunkerque depuis 2011. Comment s’est déroulée votre acclimatation du fait que vous ayez pris la suite du président qui avait tout construit ?
Mon acclimatation au club s’est faite assez rapidement et dans de bonnes conditions. Le conseil d’administration m’a fait confiance et le staff en place était organisé et compétent avec à sa tête Régis Giunta.
Les bases de ce club étaient solides grâce à l’excellent travail de Nicolas. Souvent à mes débuts de président, je me posais cette question lorsque je devais prendre une décision… Que ferait Nicolas à ma place ? J’ai compris rapidement que pour avancer, il fallait imposer mes propres idées et en assumer les résultats.
Il y avait des gros chantiers à ouvrir dont le passage d'association en société ; il fallait le faire rapidement, c’était incontournable.
Ensuite, il y avait les contrats des joueurs et coachs qui avaient été signés avant mon arrivée. Le travail était fait, mais j’avais l’intuition qu’il fallait conserver Patrick Cazal alors que son départ était déjà acté. Je suis content encore aujourd'hui de sa présence aux manettes de l’équipe. 
 
L’équipe a remporté tous les trophées nationaux. Quel est celui qui a été le plus difficile à remporter ?
Le trophée le plus difficile à gagner a été le premier, celui de la coupe de France. Ensuite, les joueurs ont pris goût aux victoires, ils savaient que le groupe était capable de gagner et il l’a prouvé à plusieurs reprises.

En 2014, vous remportez le titre de champion de France. Quel souvenir gardez-vous de cette consécration ?
Quand on gagne le championnat en 2014, c’est un énorme sentiment de joie, de bonheur, mais également beaucoup de fierté pour le club, la ville de Dunkerque, mais aussi pour la région Haut de France.
Ces moments-là, il faut savoir les savourer, car cela ne dure jamais.
 
Cette saison a été mi-figue mi-raisin avec un parcours difficile toute l‘année, mais vous finissez bien, ce qui vaut au club de finir 6e. Que retenez-vous de cette saison ?
C'était effectivement une année très difficile pour moi et pour le club. On a connu une première partie de saison catastrophique avec tout ce que cela peut engendrer. Le doute s’installe dans la tête des joueurs, il faut trouver les mots pour conserver la solidarité, mais aussi l’ambition.
L’effectif était un peu juste parce que nous étions contraints dans la masse salariale et les blessures n'ont fait qu’amplifier notre problème, mais finalement, nous allons peut-être atteindre l’objectif de début de saison, être européens.
Je retiendrai que la solidarité est une valeur importante et surtout qu’il faut maintenir la confiance à l’équipe et aux coachs dans la tourmente.
Nos partenaires ont continué de nous soutenir dans la tempête et en cela, je ne peux qu'exprimer ma reconnaissance. 

Qu‘a-t-il manqué à Dunkerque pour finir plus proche du podium ?
Il nous a manqué, je pense, un ou deux joueurs supplémentaires pour compléter l’effectif.

La fin d'un cycle

USDK | Jean-Pierre Vandaele, un président heureux.
Cette année marque la fin d’un cycle…
Un mot pour le départ de Bastien Lamon, pour Benjamin Afgour et consorts qui quittent le club ?

Le choix de Bastien d'arrêter sa carrière est un choix difficile à prendre, c’est un garçon intelligent qui incarne à lui seul toutes les valeurs du club. C’est un joueur courageux, son engagement sur le terrain et dans les vestiaires nous manquera sûrement. 
Benjamin nous quitte pour Montpellier, c’est un excellent pivot qui vient d’être sélectionné en équipe de France. Il souhaite poursuivre sa carrière à Montpellier, je lui souhaite beaucoup de réussite et suis fier de la bonne formation qu’il a reçue au club.
Alexandre Démaille avait été prêté par Saint-Raphaël, il a obtenu très justement le temps de jeu qu’il espérait en venant chez nous, c’est un joueur souriant qui a beaucoup d’éducation. J’aurai beaucoup de plaisir à le revoir.
Julian est un autre jeune formé au club. Il est recruté par Nantes qui est en haut de classement, il devra continuer de travailler pour avoir la confiance de ses nouveaux partenaires et de son coach, je suis certain de sa réussite.
Marco Mamic ira au grand club de Kielce, là aussi la bagarre sera difficile pour exister dans cette équipe habituée à la LDC.
Zarco part en Slovénie, c’est un vrai professionnel sur le terrain, et même lorsqu’il est sur le banc, il est engagé, solidaire, bref un homme de valeur.
Je leur souhaite tous une pleine réussite dans la poursuite de leur carrière et à Bastien une belle reconversion.
 
Quels ont été les critères de recrutement pour la saison 2017/2018 ?
Patrick Cazal a beaucoup travaillé sur le recrutement en rajeunissant l’effectif et en le faisant grandir de quelques centimètres.
Il a surtout trouvé des joueurs avec des qualités d’attaquants. En fait, je lui ai demandé de trouver les meilleurs et il fallait que le recrutement puisse être en adéquation avec la masse salariale fixée.
 
Est-ce que la saison prochaine, Dunkerque peut prétendre à être de nouveau sur le podium ?
L’objectif de monter sur le podium la saison prochaine serait très ambitieux alors que nous sommes en pleine reconstruction d’une équipe. Mais pourquoi pas y être d’ici 2 saisons.
 
Le PSG semble hors de portée… Mais que faudrait-il à l’USDK pour se rapprocher de clubs comme Nantes ou Montpellier ?
Pour pouvoir rivaliser avec Nantes ou Montpellier, il faut augmenter notre budget. Cela passe obligatoirement, pour nous, par un nouvel outil qui nous fait défaut aujourd'hui… Nous avons besoin d’une grande salle ou Aréna.
Nous avons un besoin absolu de cet équipement pour continuer d’exister au haut niveau.
Les élus régionaux en ont bien conscience et Xavier Bertrand est prêt à en financer 80 %. Il faut maintenant aller vite, car d’autres clubs se développent notamment grâce à de nouvelles constructions de salles.
 
Quels seront les objectifs pour l’an prochain ?
L’objectif de la nouvelle saison sera d’être qualifié directement en coupe d’Europe.
 
Quel est le joueur qui vous a le plus marqué durant ces 6 années ?
Il est difficile de faire un choix, car quelques joueurs ont marqué le club pour des raisons différentes.
Bastien Lamon pour son courage, sa pugnacité et ses valeurs.
Vincent Gérard pour des performances dans les buts, peut-être le meilleur de la LSL.
Mohamed Mokrani pour son charisme et son esprit fédérateur.
 
Quel serait votre 7 majeur dunkerquois depuis que vous êtes président ?
Le 7 majeur est celui qui a gagné le championnat. Butto, Joli, Afgour, Nagy, Soudry, Grocaut et Gérard.
 
Un mot pour finir ?
Il y a peu de joie aussi intense que celle de gagner un titre alors j’espère pouvoir revivre cette émotion pendant ma présidence.
Vive l’USDK !!!
 
Chris Corion
Hand-Planet

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Décembre 2017 - 12:19 Nîmes : Paul Teodor nouvelle recrue de l'Usam







Facebook