Menu
handplanet handplanet


handplanet

Sylvain Kieffer ne fera plus partie du C’Chartres Métropole Handball

Rédigé le Lundi 21 Janvier 2019 à 19:05 | Lu 371 fois



Sylvain Kieffer ne sera pas conservé au C'Chartres MHB à l'issue de la saison. © Quentin reix
Sylvain Kieffer ne sera pas conservé au C'Chartres MHB à l'issue de la saison. © Quentin reix
Sylvain Kieffer ne fera plus partie du C’Chartres MHB la saison prochaine. Les dirigeants du club le lui ont annoncé jeudi 17 janvier. L’ailier droit, qui aurait aimé poursuivre l’aventure au sein de la formation, est déçu, mais pas réellement surpris.
Nous avons rencontré Sylvain Kieffer, à la halle Jean-Cochet, après la victoire des basketteuses chartraines sur la Glacerie, samedi 19 janvier (80-62). Au détour d’une conversation, le handballeur nous a annoncé qu’il n’était pas conservé au C’Chartres MHB (Proligue). Arrivé au club en 2014, l’ailier au format de poche s’est vite illustré, par sa vitesse. Le joueur a explosé en D1 au cours de la saison 2015-2016. À la trêve, c’était le meilleur buteur du CMHB28 avec 69 réalisations. Si bien qu’il était sélectionné au Hand Star Game, parmi les Karabatic et Hansen. C’est avec une pointe d’amertume que Sylvain Kieffer évoque la fin de l’aventure avec son club.

Quand les dirigeants vous ont-ils annoncé qu’ils ne vous conservaient pas ?
C’était jeudi. Ils m’ont parlé du nouveau projet, et de la fin de notre collaboration.

Êtes-vous surpris ?
Je m’y attendais un peu, je pensais à cette issue-là. Mais on espère toujours.

Quel sentiment vous anime ?
Je suis frustré. C’est une situation compliquée. Je me sens très bien. Je marque peut-être moins de buts (2,5 par match), mais je suis efficace. Mon rôle a de l’importance dans l’équipe.

Quel bilan tirez-vous de vos cinq années passées au club ?
C’est une superbe expérience. Ce furent cinq très belles années.

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?
La montée en D1. Il n’y a rien de mieux.

Et le hand Star Game ?
J’étais super content, mais c’était les paillettes. Le plus extraordinaire, c’est ma participation à la CAN avec l’équipe d’Algérie (en janvier 2016). C’était impensable pour moi.

Vous pouvez encore vivre une montée en D1 cette saison…
Cela ne va pas être facile, c’est du travail. Nous n’avons pas 5 points d’avance. Il faudra d’abord gagner à Nancy (lors de la reprise, le 1er février, pour la 14e journée). Ceci dit, on n’est pas encore en D1, mais c’est la première fois qu’on est premier à la trêve. Et j’espérais revivre une année en élite. Donc je suis déçu. Il va me falloir du temps pour digérer. Mais c’est le jeu.

"Arrêter ma carrière, ça me fait mal au cœur"

Est-ce facile de rester motivé quand on sait qu’on va partir ?
Le club a eu l’honnêteté de me le dire. Ça me permet d’étudier les éventuelles opportunités pour la suite. Mais je suis toujours à fond.

Vous aurez 36 ans en juillet prochain. Imaginez-vous mettre un terme à votre carrière ?
Arrêter, ça me fait mal au cœur. Je vais bien, je cours, je ne suis pas blessé. Donc je ne ferme aucune porte. Je pourrais trouver un club. J’ai déjà un projet de reconversion professionnelle à Chartres. Pas dans le club. J’ai acheté une maison. Je suis bien installé, j’ai une vie de famille. Si je décide de rester ici, alors, ce ne sera plus une priorité de trouver un club. J’arrêterai ma carrière. Ça se précipite, mais je dois réfléchir.


Propos recueillis par Isabelle Hervé

Notez

Dans la même rubrique :
< >