Menu
handplanet handplanet



Romain Lagarde | "Nous avons une équipe très compétitive et complète."

Rédigé le Vendredi 11 Mai 2018 à 18:28 | Lu 945 fois


Devenu international cette année, Romain Lagarde réalise une saison en tout point exceptionnel.
Rencontre avec l’une des futurs stars du hand français.


©Gustavo SportsPictures
©Gustavo SportsPictures
Après un magnifique parcours en Ligue des Champions, le HBC Nantes va participer au premier Final Four de son histoire. Que représente cette qualification pour toi ?

C’est un rêve de gamin et je ne pensais pas en jouer un à 21 ans. Il y a une très bonne ambiance dans l’équipe et l’osmose entre les anciens et les jeunes se passent très bien. C’est sans aucun doute cette ambiance qui nous a permis d’atteindre le final 4.

Un favori pour la victoire finale ?

NANTES !!! Arriver à ce stade de la compétition, tout est possible et il faut croire en ses chances. Nous irons à Cologne pour nous battre et essayer de décrocher le graal.

Avec la présence de trois clubs français sur quatre, la Lidl Starligue n’est elle pas devenue le meilleur championnat européen ?

C’est devenu un championnat très compétitif. Les clubs se sont structurés. La filière mise en place par la fédération pour atteindre le haut niveau chez les jeunes est très performante, ce qui fait qu’aujourd’hui beaucoup de jeunes intègrent rapidement les équipes professionnelles via les centres de formations. De nombreux joueurs étrangers ont rejoint la Lidl Starligue donc on peut dire qu’aujourd’hui le championnat de France fait partie des meilleurs championnat européens. 

En octobre 2017, tu participes à la Golden Ligue puis tu es sélectionné pour l’Euro 2018 où tu remportes une médaille de bronze. Qu'est-ce que cela procure de remporter une médaille de bronze à 20 ans ?

Ca faisait partie de mes rêves depuis tout petit, maintenant que j’y ai goûté, j’espère que j’aurais l’occasion d’en gagner d’autre d’une autre couleur !!! (champion du monde, médaillé d’or aux JO…). Il y a quatre ans, je rêvais de jouer avec Nicolas KarabaticMickael Guigou, Luc Abalo….
C’est une grande fierté de représenter son pays. C’est ce qui nous pousse tous les jours à l’entraînement, donner le meilleur de nous-même pour espérer avoir le droit de faire partie de cette équipe. Sans travail, pas résultat... 

La nouvelle génération des Rémili, Lagarde, MemTournat, Meyer n’est elle pas en train de s’installer doucement en Équipe de France ?

Nous avons obtenu de bons résultats en France jeunes. Les entraîneurs français nous ont fait confiance en nous donnant du temps de jeu en championnat et en LDC, ce qui nous a permis de nous aguerrir au plus haut niveau. Mais ce n’est pas parce que nous avons participé à un championnat d’Europe que c’est acquis. Tous les jours, nous devons nous remettre en question pour avoir le droit d’y revenir que ce soit en club ou en équipe nationale.

Il y a 4 ans, tu jouais à Lanester en Nationale 1, aujourd'hui tu évolues aux côtés des KarabaticGuigou et autres Comment expliques-tu cette ascension fulgurante ?

Beaucoup de travail… Et une part de chance. La chance d’avoir côtoyé rapidement des entraineurs de renoms : Gregory Cojean, Pascal Person, Eric Quintin, Yohan Delattre, Thierry Anti et Alberto Entrerrios et d’avoir pu jouer avec de nombreux joueurs d’expérience : Alberto EntrerriosValero Rivera et tous mes coéquipiers du H.

Avec une évolution aussi rapide, tu risques d’attirer les convoitises de grands clubs ?

Aujourd’hui je suis à Nantes à 100 %, et ce, jusqu’en 2020. Ensuite, on verra, j’aimerais découvrir la Bundesliga comme les Karabatic, Narcisse, Omeyer, Gille, car je pense que cela me permettra de voir un autre mode de fonctionnement, de progresser handballistiquement, d’apprendre une autre langue et une autre culture.

Quelle équipe t’a fait la plus forte impression cette année ?

Skjern même si elle n’a pas le renom au niveau international, c’est vraiment une belle équipe. 

Le mixage de stars (Lazarov, Klein), d’anciens (FelihoSiffert, Dumoulin) et de jeunes (Lagarde, Tournat) permet à Nantes de progresser d’année en année. Que manque-t-il à ton équipe pour suivre le rythme imposé par Montpellier et le PSG ?

Aujourd’hui Nantes est capable de battre le PSG ou le MHB, nous avons une équipe très compétitive et complète ainsi qu’un public exceptionnel et un staff compétant.
Ce qui nous arrive cette année doit nous permettre de nous rapprocher encore plus de ces clubs de renom. C’est l’expérience, le travail et l’accumulation des matchs de haut niveau qui font la différence. 

Chris Corion 
Hand-Planet

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 09:45 Paris toujours sur sa lancée







Facebook