Menu
handplanet handplanet


handplanet

Pauline Coatanea et Sladjana Pop-Lazic prolongent avec Brest

Rédigé le Jeudi 3 Janvier 2019 à 20:29 | Lu 300 fois


C'est lors d'une conférence de presse qui s'est tenu ce jeudi que les dirigeants du Brest Bretagne Handball ont annoncé les prolongations de contrats de Coatanea et de Pop-Laziz. Les deux joueuses sont désormais liées au club jusqu'en 2022.


De gauche à droite, Gérard le saint, Pauline Coatanea, Sladjana Pop-Lazic et Jean-Luc Le Gall. ©Maïwenn Gourvès
De gauche à droite, Gérard le saint, Pauline Coatanea, Sladjana Pop-Lazic et Jean-Luc Le Gall. ©Maïwenn Gourvès
Le président Gérard le Saint a commencé la conférence de presse en présentant ses vœux à l'ensemble des journalistes présents. Il a ensuite enchaîné sur l'ordre du jour. "On commence l’année avec deux bonnes nouvelles, la prolongation de Sladjana et celle de Pauline pour 3 ans. Ces prolongations vont permettre de pérenniser le club, car nous avons besoin d’asseoir l’équipe. Ce sont deux filles que l’on connaît bien avec déjà deux ans d’expérience au sein du BBH. Elles ont choisi de nous faire confiance pour l’avenir et nous en sommes très fiers. Il faut préciser qu’il y a une revalorisation salariale, car nous avons du respect pour tout le travail qu’elles peuvent faire tout au long de l’année, elles sont beaucoup sollicitées que ce soit pour les entraînements, pour les déplacements parfois sur de longs week-ends et cela nous semblait donc légitime. Par contre de notre côté, on attend aussi beaucoup de respect de la part des joueuses, car nous voulons renforcer l’identité du BBH."

Le coach Jean-Luc Le Gall ne cachait pas non plus son enthousiasme. "Je ne peux que me satisfaire de ces prolongations. Pour nous l’idée germait depuis bien longtemps maintenant, fallait-il savoir si les deux intéressées allaient nous suivre donc on les remercie pour cette confiance-là. On ne peut dire qu’il y a eu beaucoup d’interrogations de leur côté, car on se connaît bien depuis deux ans que nous travaillons ensemble. L’idée, quand on veut progresser tous les ans, c’est commencer par asseoir l’équipe et surtout asseoir l’état d’esprit. Là, nous avons deux joueuses qui sont exemplaires sur ce point-là donc pour nous l’idée était évidente dès le départ. Il y a eu un temps de discussion, de réflexion, ce qui est tout à fait normal, mais pas si long que cela et nous sommes assez vite tombés d’accord. Le club veut aussi gagner des titres et nous avons besoin de joueuses ayant cet état d’esprit dont je parlais précédemment, mais qui ont aussi de l’expérience et notamment internationale. Sladjana l’avait déjà au travers de sa sélection et Pauline, c’est désormais le cas, car elle a les deux pieds en équipe de France."

©Maïwenn Gourvès
©Maïwenn Gourvès

Pour Pauline, le choix de rester à Brest est mûrement réfléchi, "je me suis quand même posé la question puisque j’arrivais en fin de contrat et que j’ai reçu des propositions d’autres clubs. J’ai pesé le pour et le contre, mais je suis très attachée à la Bretagne et à Brest et depuis que je suis arrivée, je pense être à mon meilleur niveau même si je progresse encore. Je me sens bien à Brest qui est un club avec beaucoup d’ambitions, je sens que l’on peut aller plus loin encore et c’est aussi le club avec lequel j’ai remporté mon titre la saison dernière donc cela me donne envie de poursuivre l’aventure avec cette équipe. Je pense que l’on a de belles choses à faire, qu’on a des titres à remporter et ça me tient à cœur de gagner avec le BBH."  Et cette décision était prise avant le début de l'Euro. "C’est vrai que l’équipe de France, c’est quelque chose qui me tenait vraiment à cœur, car j’ai beaucoup travaillé pour arriver à ce niveau-là et je voulais n’avoir la tête qu’à cette compétition et de fait être fixé sur mon avenir avant le début du championnat d’Europe."

Si Pauline a décidé de rester à Brest, elle aurait pu être tenté par l'étranger. "J’ai réfléchi et je me suis demandé s’il était nécessaire de prendre un risque alors qu’avec Brest, on joue la Ligue des Champions, que je me sens bien dans cette équipe et que j’ai ma famille à côté. Tous ces éléments réunis font que j’ai décidé de rester au BBH." Mais une prolongation de trois ans, c’est une marque de confiance assez importante de la part du club. "Oui, c’est vrai que ça me fait plaisir. J’aime bien travailler par cycle et à Nantes, j’avais fait 5 ans et je trouve que c’est bien de donner sa confiance au club, de se donner sur du long terme comme cela ça peut aussi montrer aux joueuses qui veulent venir que le club de Brest donne confiance à son effectif."

De son côté Sladjana a elle aussi reçu d'autres propositions, mais elle ne voulait pas la France. "Oui, j’ai eu d’autres propositions, mais comme je joue déjà en France et que je me plais ici, j’ai décidé de rester. Ici, nous avons des supporters qui viennent à chaque match et ça me procure beaucoup de plaisir. Le club est aussi ambitieux et veut gagner des titres." Et elle son opinion sur ce qui ferait grandir son club. "Je crois que le club doit tout faire pour garder son effectif le plus longtemps possible afin que l’on prenne toutes confiances les unes envers les autres sur le terrain."


Propos recueillis par Maïwenn Gourvès
Pour Hand-Planet

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Mai 2019 - 23:03 Une première édition Hand'Emploi réussie