Menu
handplanet handplanet


handplanet

Nouvelles recrues, partenariat avec le FC Barcelone… Les ambitions du Fenix à Toulouse

Rédigé le Jeudi 7 Février 2019 à 18:46 | Lu 200 fois


Le président du Fenix Toulouse Handball a présenté, mardi 5 février 2019, les nouvelles recrues pour la saison. Le président Philippe Dallard est aussi revenu sur l'avenir du club.


Philippe Gardent, entraîneur du Fenix, et Philippe Dallard, président du club. (©H.-O. D. / Actu Toulouse)
Philippe Gardent, entraîneur du Fenix, et Philippe Dallard, président du club. (©H.-O. D. / Actu Toulouse)
En arrivant à Toulouse en 2015, le coach Philippe Gardent visait le titre de champion de France. L’ancien entraîneur du PSG Handball – avec lequel il a décroché deux titres en 2013 et 2015 – va devoir encore patienter… Le Fenix Toulouse Handball pointe actuellement à la 10e place du championnat et joue cette saison le maintien.

« Nous avons connu un début de saison compliqué », reconnaît Philippe Dallard, président du groupe Dallard, propriétaire du Fenix. Un maintien qu’il faudra assurer sans deux joueurs clés. À la mi-saison, le Fenix a cédé son gardien de but Kévin Bonnefoi à Nantes et a prêté son ailier gauche Nemanja Ilic au FC Barcelone (avec qui le club toulousain entretient de bonnes relations) jusqu’à la fin de la saison.

De nouvelles recrues

Qu’importe, le Fenix mise sur un « recrutement malin », avec la signature de quatre nouveaux joueurs. L’annonce a été officialisée mardi 5 février 2019 lors d’une conférence de presse. « Le Fenix a toujours été un dénicheur de talents », souligne Philippe Dallard, le président du club, qui rappelle les révélations Valentin Porte, ou Wesley Pardin. Le départ de Kévin Bonnefoi sera comblé par l’arrivée de l’international belge Jef Lettens, 28 ans, recruté pour deux ans.

Pour renforcer le secteur défensif, le Fenix mise sur Rémi Leventoux. Révélé à Pontault, ce joueur pivot de 26 ans mesure 2,02 mètres et pèse 100 kilos. « Nous sommes condamnés à trouver de très bons joueurs pour pas cher », précise l’entraîneur Philippe Gardent. « Et nous pensons que Rémi est encore capable d’évoluer ».

Alvaro sur le départ

Toujours sur le front des recrutements, le Fenix vient d’engager Luc Steins, un demi-centre originaire des Pays-Bas. « Un petit joueur, mais hyper dynamique donc difficile à attraper », détaille Philippe Gardent. Un profil « intéressant », alors que le demi-centre Alvaro Ruiz Sanchez est sur le départ la saison prochaine.

Enfin, l’arrière droit de Dunkerque, Pierre Soudray, traverse la France pour rejoindre la Ville rose. Auteur de 523 buts, Pierre Soudray a signé pour deux ans. Au passage, le Fenix a annoncé la prolongation pour deux années supplémentaires de Maxime Gilbert (243 buts), 27 ans.
Un budget à l’équilibre

« Nous sommes obligés de prendre des risques pour fabriquer l’équipe de demain », poursuit le coach. Une question de « survie ».
Pour rappel, le budget du club est de 3,64 millions d’euros contre 17,059 millions d’euros pour Paris, actuel premier du championnat. « Malgré une baisse des subventions publiques de plus de 25 % en à peine quatre ans, notre budget demeure à l’équilibre », insiste Philippe Dallard, qui rappelle que 50 % des revenus proviennent des partenariats. Les subventions et la billetterie représentent respectivement 35 % et 10 % des revenus. Les droits TV et le marketing ne rapportent que 5%.
Bientôt sur beIN SPORTS

La diffusion dès la saison prochaine des rencontres sur la chaîne beIN SPORTS devrait offrir « davantage de visibilité au handball et générer de nouvelles ressources », veut croire Philippe Dallard :
Les droits TV pour le football génère 1 milliard d’euros, ceux du rugby sont d’environ 100 millions d’euros. Dans le handball, c’est seulement 4 millions d’euros.
Moderniser le Palais des sports

Par conséquent, le Fenix doit trouver ailleurs des sources de revenus. Pour ce qui concerne la visibilité, plusieurs événements seront organisés en 2019, notamment sur la place du Capitole. Les détails de cette manifestation sportive ne sont pas encore connus. Par ailleurs, dans le cadre d’un partenariat avec le FC Barcelone, un match amical sera organisé dans la Ville rose.
Concernant le Palais des sports, où évoluent les joueurs du Fenix, Philippe Dallard souhaite moderniser cette enceinte sportive qui peut accueillir jusqu’à 4 200 spectateurs en centre-ville, dans le quartier Compans-Caffarelli.
Le Palais des sports qui était à l’avant-garde il y a quelques années n’est plus au niveau de nos ambitions. L’acoustique et l’éclairage doivent être améliorés. À terme, cela pourrait être un frein pour le club vis-à-vis de la Ligue. L’avantage ici, c’est qu’il n’y a pas de pelouse à refaire…

« Le club n’a pas été consulté »

Afin d’offrir un plus bel espace VIP pour les partenaires, le Fenix souhaite faire couvrir le parking : « Nous avons fait passer notre liste de courses à Toulouse Métropole ». Selon le président du Fenix, le naming pourrait être une piste de financement.

Au cours de la conférence de presse, Philippe Dallard est aussi revenu sur le grand appel à projets « Dessine-moi Toulouse ». Toulouse Business School prévoit d’investir 100 millions d’euros dans un nouveau campus à Compans-Cafferelli d’ici 2024.
Le cabinet toulousain Kardham Cardete Huet Architecture a en effet présenté un projet de campus dans le secteur du Palais des sports. En tant que président du Fenix, Philippe Dallard s’étonne de ne pas avoir été consulté :
J’ai ouï-dire que le sujet est plus ou moins arrêté. Toulouse Business School aurait remporté le projet. Je suis assez étonné que le club n’ait pas été consulté.

actu.fr

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Avril 2019 - 21:37 Un maintien presque assuré pour Dunkerque

Samedi 20 Avril 2019 - 23:21 LSL | J21 | Un Paris "Capitale"