Menu
handplanet handplanet


handplanet

Les Oscars du Final4

Rédigé le Jeudi 8 Juin 2017 à 19:45 | Lu 742 fois


Hand Planet vous propose de revenir en chiffres, grâce aux statistiques EHF, sur le fabuleux weekend allemand proposé aux quatre meilleures équipes d’Europe : Vardar Skopje, Paris-Saint-Germain, Veszprem, Barcelone. Il est l’heure de découvrir quelques statistiques relevés lors des quatre rencontres qui ont eu lieu et de décerner quelques Oscars. Alors qui est le meilleur buteur du weekend, quel est l’impact préféré des tireurs, quelle équipe tire le plus mais surtout qui est MVP ?


Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet

 

La gâchette

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Le meilleur buteur du weekend n’est autre que Laszlo Nagy puisqu’il a inscrit 12 buts sur les deux matchs. Avec 6 réalisations sur chaque partie, il n’aura pas été en échec lors de la petite finale alors qu’il a fini à 6/11 contre le PSG. Il devance d’ailleurs au classement, Mikkel Hansen, qui termine avec 11/19. C’est le danois, qui a le plus tenté sa chance dans le weekend avec une réussite moyenne de 58%. Ivan Cupic arrive troisième du classement avec 10 buts tandis que le Barça possède trois meilleurs buteurs avec Kiril Lazarov (9/17), Timothey N’Guessan (9/14) et Valero Rivera (9/13).

Le sniper

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Si nous n’avons pas cité la réussite d’Ivan Cupic dans la section précédente, c’était pour garder un peu de suspens. Avec un sans-faute au shoot (10/10), le petit ailier croate remporte ce prix, bien aidé par les jets de sept mètres. Il est le seul à avoir été à 100% avec plus de 5 buts inscrits. On retrouve également deux autres joueurs qui terminent le weekend à 5/5 : Aitor Arino Bengoechea et Gasper Marguc, qui n’a tiré que lors du match face au PSG.

Le mur

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Même si cela n’a pas suffi au PSG Handball pour s’imposer, c’est bien Thierry Omeyer qui ressort avec le plus gros pourcentage du weekend. Le portier tricolore termine avec 35% d’arrêts à 24/68 en étant le gardien qui a le plus réalisé de parades. Il est suivi de près par Roland Mikler (33% à 16/48), qui est le gardien des quatre équipes qui a le moins fait d’arrêt mais cela est dû à la rotation avec Alilovic. Arpad Sterbik est troisième du classement avec 22/69, ce qui le positionne à 32%. De son côté, Gonzalo Perez de Vargas n’a pas démérité avec 31% à 19/61 mais cela n’était pas suffisant dans des matchs si accrochés.

Le roi du face à face

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
L’adage dit souvent qu’un match se gagne en défense. Une défense se juge aussi sur son gardien, qui plus est lorsqu’il se retrouve dans une situation défavorable comme sur des contre-attaques.  Et à ce petit jeu, le vainqueur Arpad Sterbik sort du lot puisqu’il a réussi à détourner 4 contre-attaques sur 9 tentatives en deux matchs. Cette statistique ne prend en compte que les ballons qui sont récupérés par son équipe sinon il aurait encore fait gonfler le score. Perez de Vargas fini second à 3/8, Omeyer est troisième à 2/12, ce qui prouve que le PSG a subi de nombreuses pertes de balles durant le weekend.

L’œil de lynx

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Un grand joueur ne se distingue pas seulement par les tirs tentés mais également par sa vision de jeu. Et que dire du fantasque demi-centre islandais Aron Palmarsson sinon qu’il a excellé dans le jeu collectif tout au long du weekend.  Avec tout de même 9 buts inscrits c’est surtout lui qui a fait briller ses partenaires avec pas moins de 13 passes décisives sur les deux rencontres. Il devance largemet deux autres demi-centres : Luka Cindric avec 7 passes et Nikola Karabatic avec 6 passes. Le joueur parisien n’a d’ailleurs réussi à n’en faire qu’une seule lors de la finale.

Le prince des sept mètres

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Ivan Cupic a réalisé un sans-faute dans l’exercice des pénaltys, tout comme Dragan Gajic. Avec 7 transformations, il obtient logiquement la palme alors que son principal rival aurait pu égaler son score si Momir Ilic n’avait pas tiré le premier pénalty de la demi-finale face au PSG. Très adroit depuis de nombreuses années dans l’exercice, le croate a transformé toutes ses tentatives pour emmener le Vardar jusqu’au titre européen.

L’horloge

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
L’une des règles les plus difficiles à comprendre dans le handball moderne et qui provoque souvent les hurlements du public est bien évidemment le refus de jeu. Cette sanction qui reste à discrétion du corps arbitral est souvent utilisée et cela a encore été le cas ce weekend avec pas moins de 52 bras levés (ou 104 s’il on compte les deux arbitres). La palme revient aux hongrois de Veszprem avec 15 actions de ce type. Ils sont talonnés de très près par le Vardar (14) et le PSG (13). De son côté, Barcelone a moins joué de longues actions avec seulement 10 refus de jeu.

L’efficacité

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Pour marquer des buts, il faut déjà cadrer son tir et ensuite espérer que le gardien ne fasse pas de parade. Est-ce qu’en cadrant de nombreux tirs, l’équipe a plus de chance de remporter la victoire ? Sur le Final4, la réponse est OUI, puisque le classement final du pourcentage de shoots cadrés est exactement le même classement que celui de la compétition. Le Vardar Skopje est extrêmement précis puisque 92% des tirs sont cadrés à 76/83. Le PSG termine avec 89% à 70/79, eux qui sont l’équipe à avoir le moins tenté leur chance. Veszprem fini avec 83% à 79/95 et Barcelone avec 82% à 79/96. On peut également noter que les deux non finalistes sont ceux qui ont le plus envoyés de ballons vers le but adverse.

Les cogneurs

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Que serait le handball sans des défenses rugueuses, compactes et solidaires ? Pas grand-chose. Mais pour que les défenses s’illustrent comme ce fût le cas une majeure partie du weekend, il faut aussi que les attaques n’aient pas peur d’aller mettre le nez dedans. Et il faut dire que les deux finalistes sont de loin, les deux équipes qui ont récoltées le plus de coup-franc avec 72 de chaque côté. Veszprem complète le podium avec 64 alors qu’une nouvelle fois les espagnols ferment la marche avec seulement 58 coup-francs obtenus.

La position prolifique

Crédit Photo : Damien Polonais - Hand Planet
Crédit Photo : Damien Polonais - Hand Planet
En regardant le schéma des prises de shoots des différentes équipes, nous remarquons que la position la plus prolifique du weekend a été le poste de pivot avec 49 buts pour 69 tirs. La seule équipe ne possédant pas la meilleure statistique dans ce domaine est le PSG, ce qui prouve que le jeu avec pivot a été très peu utilisé par les hommes de Serdarusic. Par contre, la zone de shoot préférée par toutes les équipes, et la meilleur pour le PSG, reste l’axe du terrain avec 102 tirs pris mais seulement 46 qui ont trouvés le fond des filets. Les postes d’ailiers ne sont pas en reste avec quand même une tendance à finir sur le côté gauche (37/54) plutôt que le côté droit (31/41) sans pour autant avoir un meilleur rendement.

L'impact

Crédit Photo : Damien Polonais - Hand Planet
Crédit Photo : Damien Polonais - Hand Planet
Chaque joueur possède un tir qu’il affectionne particulièrement dans une zone de prédilection. Mais si l’on rapporte cela à l’ensemble d’une équipe, on peut observer que les zones les plus recherchées se situent au sol avec 59 tirs (52 buts) dans le coin bas gauche et 49 tirs (39 buts) dans le coin bas droit. Cela peut paraitre étrange s’il on se fie à la statistique précédente qui indiquait que plus de shoot était pris du côté gauche que du côté droit. La différence d’impact se fait donc au travers des postes pivots et des tirs centraux. Les lucarnes ont également été bien nettoyées durant les quatre rencontres avec un 18/22 à gauche et un 26/30 à droite. En toute logique les zones proches du gardien, c’est-à-dire à mi-hauteur, ne sont pas les plus intéressantes en termes de ratio même si elles ont été visées de nombreuses fois. Pour finir les tirs au-dessus de la tête ou entre les jambes restent des solutions moins utilisées mais qui possèdent des ratios pourtant très bon avec respectivement 15/21 et 18/23.

Le MVP américain

Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Si l’on s’amuse à faire un des évaluations, un peu à la sauce NBA aux Etats-Unis, on se rend compte que le MVP du weekend n’est pas forcement simple à trouver. Pour ce classement, nous avons attribué 1 point par but inscrit, passe décisive faite. Sur chaque tir raté et deux minutes obtenus, nous faisons l’inverse en retirant 1 point. A ce petit jeu, le trophée de MVP est attribué au joueur de Veszprem, Aron Palmarsson avec 14 points.

Vardar : Ivan Cupic 10 points, Luka Cindric 7 points
PSG : Nikola Karabatic 7 points, Luc Abalo & Uwe Gensheimer 5 points
Veszprem : Aron Palmarsson 14 points, Laszlo Nagy 8 points
Barcelone : Timothey N’Guessan 7 points, Kiril Lazarov & Aitor Arino Bengoechea 5 points


En espérant que ces différentes statistiques et récompenses non-officielles vous auront fait voir le Final4 d’un autre œil et qu’elles influenceront peut-être vos choix de jeu pour l’année à venir.
 

Damien Polonais pour Hand Planet
 

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Mai 2019 - 16:12 Barcelone décroche son sésame pour Cologne