Menu
handplanet handplanet


handplanet

Le PSG fait perdre la tête au Barca

Rédigé le Dimanche 13 Novembre 2016 à 12:15 | Lu 1926 fois


Les deux protagonistes ont les yeux rivés sur la première place, promise au vainqueur, du Groupe A de cette EHF Champions League. Après la défaite de Kiel (à Plock), la victoire de Flensburg (à Kadetten) et la courte victoire de Veszprém (contre Silkeborg), les parisiens ont l'occasion de montrer leurs ambitions à domicile dans l'antre mythique de Coubertin. De son côté, Barcelone, malgré deux blessures importantes de Sorhaindo et Jicha, peut tout simplement prendre quatre points d'avance sur le second et donc une belle option sur la qualification directe en quart de finale.


Un pur match de Ligue des Champions

Les barcelonais engagent la partie en se heurtant à une défense rugueuse des parisiens qui n'hésite pas à martyriser le remplaçant de Sorhaindo : Syprzak. Au bout d'une action interminable, Andersson ouvre le score avant que Luka Karabatic n'égalise alors qu'il était pris dans la tenaille. L'intensité est énorme en ce début de rencontre alors que le public se fait entendre pour pousser son équipe. Les joueurs répondent présents puisque Remili puis Gensheimer font passer le PSG à 4-2. Barcelone reste au contact grâce à Lazarov mais surtout par l'intermédiaire de leur gardien Ristovski, qui repoussent deux tentatives d'Hansen. Cela ne déstabilise pas pour autant les joueurs de la capitale qui peuvent compter sur l'autre arrière, Remili, qui propulse deux missiles au fond des filets. Il est rapidement imité par son compatriote mais adversaire d'un soir, N'Guessan. Les arbitres sont également très en vue dans cette entame puisqu'ils laissent durer longuement les offensives et cela ne plaît pas au banc parisien, qui le fait savoir. Paris pousse et se décroche au score, 9-6 à la 16ème, après un nouveau but de Remili mais surtout un magnifique lob sur pénalty de Gensheimer.
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet

Les gardiens se montrent

Certes les offensives parisiennes sont franches mais que dire de la défense et des multiples parades d'Omeyer. Grâce à ce dernier, les bleus tiennent le score mais ne parviennent pas à s'envoler, la faute à une défense retrouvée des verts. Les espagnols font durer chaque offensive jusqu'au refus de jeu mais cela ne les empêchent pas de marquer, comme sur ce but d'Arino Bengoechea. Malheureusement pour eux, sur l'action suivante, il se font prendre au jeu des 6 passes règlementaires et Paris peu reprendre le ballon. Une action non bonifiée, la faute à un Ristovski fermant la boutique. Alors que le PSG semble plus en jambes et trouvant de meilleures solutions, ils jouent de malchance avec un Omeyer qui voit le ballon de N'Guessan heurter le poteau puis revenir dans sa jambe pour franchir la ligne. Tout ces petits détails profitant aux joueurs de Catalogne, ils refont leur retard pour revenir à une longueur. Comme un signe, Hansen trouve "enfin" la mire pour ne pas laisser recoller l'adversaire. Malgré une banderille de Dika Mem, Barcelone accuse le coup de se retour au score et Paris peut reprendre 3 buts d'avance juste avant la pause, 15-12, via des réalisations de Stepancic ou Luka Karabatic.
 
Le public a assisté à une première mi-temps intense durant laquelle les gardiens et les défenses ont pu se montrer. Nikola Karabatic a pesé sur ses adversaires même si ces 4 tentatives n'ont pas trouvé le fond. De son côté, Barcelone a pris son temps offensivement pour rester au contact, ce qui ne plaît pas aux locaux (joueurs et public), qui trouvent les arbitres trop indulgents.
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet

Au tour des arrières

Le PSG repart de l'avant avec Remili mais sur l'action qui suit, une glissade défensive des bleus laisse Syprzak seul pour tromper Omeyer. Victor Tomas ramène son équipe à deux buts mais Nikola Karabatic ne l'entend pas ainsi et il inscrit lui aussi son premier but. Les barcelonais gênent Paris avec une défense plus haute et avec plus de volume qu'en première mi-temps. Dika Mem en profite pour inscrire un magnifique but de loin grâce à son extension et son équipe reste dans le match. La rencontre se débride pour les arrières parisiens avec Hansen et Nikola Karabatic qui s'illustrent mais alors que Paris a l’opportunité de prendre une marge de sécurité, Gensheimer rate un second pénalty. Même si de l'autre côté du terrain, Skof répond à Ristovski, Paris reste à porter de fusil lorsque Mem inscrit son cinquième but. C’est en se jetant sur un ballon, qu’Abalo offre un caviar à Møllgaard seul à l'opposé de la salle. Le géant danois ne se fait pas prier et il redonne 4 buts d'avance au PSG : 24-20 à la 44ème.
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet

Paris ne veut pas laisser espérer Barcelone

Le public continue de pousser son équipe alors qu'Abalo gratifie Coubertin d'une roucoulette dont lui seul a le secret. Les encouragements s'intensifient et les joueurs n'hésitent pas à invectiver le public comme sur la montée de balle conclue par Nielsen. Sur une nouvelle parade de Skof, Valero Rivera récupère le ballon et trompe le portier parisien. Peu importe car Paris obtient un jet de sept mètres et de façon surprenante c'est Remili, plutôt qu'Hansen, qui se présente. Il connaît bien le gardien du Barca, puisqu'ils ont joué ensemble à Créteil, mais son tir ne trouve pas le cadre. Nöddesbo en profite quelques instants après pour ouvrir son compteur et garder du suspens dans ce match avec seulement trois unités de différence. Nielsen a beau se démener de façon acrobatique pour marquer, les arbitres sont toujours peu sévères et ne distribuent pas ou peu de sanctions dans un match si important. Un pénalty d'Hansen et plusieurs parades de Skof permettent au PSG de mener 28-24 à 5 minutes du terme. Victor Tomas à beau réussir une roucoulette depuis son aile, Remili enchaîne les tirs mais aussi les buts et avec une 8ème réalisation, il reste meilleur buteur de la rencontre. Le public scande également le nom de Skof alors qu'il écœure ses adversaires les uns après les autres. Le PSG n'a plu qu'à s'envoler vers cette victoire par le score de 33-26 avec un ultime but au buzzer du MVP : Remili.
 
Paris a maîtrisé son sujet et a pu compter sur la largesse de son effectif pour avoir des hommes frais en fin de match. Les joueurs de la capitale infligent leur première défaite à Barcelone et ravissent la première place du Groupe A. A l'image d'un Remili bouillant et profitant du travail de son équipe, les bleus ont également pu s'appuyer sur un Skof tout sourire en fin de match. Le PSG tentera de bonifier cette victoire lors de la double confrontation face à Veszprém.

Statistiques

Paris : Skof (7/21), Omeyer (8/20) – Gensheimer (3/5), Møllgaard (2/3), Accambray, Stepancic (2/3), Kounkoud (0/1), Barachet, Remili (9/12), Abalo (3/4), L.Karabatic (5/5), Hansen (5/10), Narcisse, Nielsen (2/2), N.Karabatic (2/6), M'tima
 
Barcelone : Perez de Vargas, Ristovski (12/45) – Nöddesbo (1/3), Rey Morales, Tomas (2/2), Entrerrios (1/4), Andersson (2/7), Arino Bengoechea (3/3), Rivera (2/3), N’Guessan (3/4), Syprzak (3/5), Mem (5/6), Morros de Argila, Saubich Mir, Jallouz (0/2), Lazarov (4/8)
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet

Réactions d’après-match

Uwe Gensheimer : « On a joué très bien en première mi-temps mais je trouve que le niveau du match est descendu. Si on voit les soixante minutes, on a été la meilleure équipe et je pense que la victoire est très bonne pour nous. L’ambiance à Coubertin a été très importante pour nous également. »
 
Nedim Remili : « Ca a été un match très dur physiquement, je sais qu’à la 23ème minute j’étais déjà fatigué. Je pense que les rotations nous ont fait du bien, les gardiens aussi comme Skof qui a fait quelques arrêts très importants donc cette victoire fait du bien, ce soir. On passe devant Barcelone mais on devra encore aller là-bas et la semaine prochaine on va à Veszprém, il reste encore des gros matchs donc rien n’est joué.»
 
A part toi, quels éléments ont fait la différence ?
« Je pense que les arrêts de Skof nous ont fait extrêmement de bien. Les rotations aussi. Le fait que Luka est pu défendre pendant 30 minutes en deuxième mi-temps, ça m’a fait du bien parce que j’étais vraiment exténué aujourd’hui. Aujourd’hui j’ai de la réussite mais c’est grâce à mes coéquipiers, ils me mettent vraiment dans des bonnes conditions, j’ai Niko ou Mikki qui prennent les coups pour moi. »
 
Justement, l’impact défensif a été prépondérant ?
« Effectivement. Des deux côtés même car le FC Barcelone a très bien défendu aussi. On c’est rendu coup pour coup. Henrik et toute notre défense ont fait un très gros match, on ne peut que les remercier ».
 
Avec encore 9 buts ce soir, tu penses au titre de meilleur buteur (il est à 4 buts de Gensheimer, premier ex aequo) ?
« (Rires). Non non non, je ne suis pas assez bon pour ça, en plus. »
 
Timothey N’Guessan : « Je pense que le score ne représente pas le match mais ce soir, il y a pas à chier, Paris a été meilleur que nous. Il nous manquait deux joueurs, Filip et Tchouf (Sorhaindo), ça ne veut pas dire qu’on devait faire un match comme ça. Je suis super déçu, c’est notre première défaite. Je pense qu’il y avait moyen mais c’est comme ça, il y a encore beaucoup de travail, beaucoup de matchs. On a tenu en première mi-temps après ils ont insistés sur les montées de balle avec Niko et ça nous a fait du mal. Ils étaient en pleine réussite comme sur le dernier tir de Nedim mais je pense que les montées de balle nous ont fait très très mal. »
 
Damien Polonais pour Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet
Crédit Photo : Gustavo Bogota - Hand Planet

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Mai 2019 - 16:12 Barcelone décroche son sésame pour Cologne