Menu
handplanet handplanet


handplanet

Le Caen HB a la pancarte de favori dans le dos

Rédigé le Vendredi 6 Septembre 2019 à 13:25 | Lu 116 fois



Le Caen HB sera l’un des grands favoris pour la montée en Proligue. | OUEST-FRANCE
Le Caen HB sera l’un des grands favoris pour la montée en Proligue. | OUEST-FRANCE
Nationale 1. Caen HB - Gonfreville, samedi (20 h 30). Relégué après trois saisons en Proligue, le Caen HB ne veut pas s’éterniser en N1. Il s’en est donné les moyens, est vu comme un favori.

Un match à quatre ou cinq pour la montée en Proligue


La Fédération française a considérablement densifié son cahier des charges vis-à-vis des clubs désireux d’accéder au niveau professionnel. En découle une formule très particulière et encore jamais vue : sur les 48 équipes qui composent les 4 poules de Nationale 1, seules quatre, voire cinq, possèdent le statut VAP (Voie d’Accès à la Professionnalisation), indispensable pour envisager voir la Proligue au printemps.
Elles seront toutes regroupées dans la poule 1 et les deux mieux classées à l’issue de la saison régulière décrocheront leur sésame. Grenoble et Vernon connaissent les exigences fédérales en la matière. Ils avaient sauvé leur peau sur le terrain en Proligue la saison passée, mais ont été relégués administrativement et se retrouvent concurrents du Caen HB. Et encore, le premier nommé n’est pas certain de pouvoir prétendre à cela.
Sarrebourg, 8e et dernier de la poule d’accession de N1 la saison passée, ainsi qu’Angers, pas qualifié pour les playoffs en 2019, seront les autres rivaux des Caennais sur la ligne de départ.

Se méfier de tout le monde

Sur la ligne de départ, Caen a ainsi 40 % de chances de monter. « On est ambitieux sportivement, on est aussi ambitieux sur la manière de jouer et ce que l’on veut donner à notre public », affirme l’entraîneur caennais Roch Bedos. Le Caen HB se sait toutefois attendu, « ne fanfaronne pas » dixit son président Thomas Lamora.
Il aura notamment deux derbies bouillants à jouer, face à des voisins (Vernon, Gonfreville) avec qui la température peut vite monter. C’était encore le cas face à Gonfreville samedi dernier. L’adversaire que les Vikings retrouveront samedi (20 h 30) dans leur salle pour l’ouverture de la saison. Avec une priorité : marquer rapidement son territoire. « Pour éliminer les vieux démons et emmagasiner de la confiance », appuie Roch Bedos, qui n’a pas connu la longue traversée du désert de l’exercice 2018-2019 (1 victoire en 26 matches de Proligue) mais sait qu’elle a laissé des traces chez certains.

Un effectif taillé pour monter ?

L’effectif semble taillé pour être tout là-haut, avec beaucoup d’éléments qui ont déjà évolué aux étages supérieurs. « Ce groupe a du talent et a besoin de confiance. Il dispose de beaucoup de compétences individuelles. Reste à les associer dans un collectif cohérent », résume Roch Bedos.
Le coach caennais évoque « une préparation presque aboutie », sait que certaines choses restent perfectibles. Caen a gardé une partie de son ossature de la saison passée (Allais, Langevin, Pleta, Rosier, Vujovic…) et y a ajouté de beaux bébés, comme le gardien international lituanien Giedrius Morkunas et le pivot marocain Nabil Slassi. Roch Bedos : « On a un projet de jeu à mettre en place, mais l’état d’esprit affiché me fait dire que l’on est sur le bon chemin. »


Gaëtan BRIARD.
www.ouest-france.fr

Notez

Dans la même rubrique :
< >