Menu
handplanet handplanet


handplanet

L’Omeyer pour la fin ?

Rédigé le Lundi 1 Août 2016 à 21:06 | Lu 97 fois



Unique double champion olympique de l’histoire du sport alsacien, le Cernéen Thierry Omeyer espère décrocher un 3e titre consécutif avec les Experts, le 21 août, à Rio. La conclusion rêvée pour les derniers JO de sa carrière.

 

Sans doute mal réveillé, on a osé demander à Thierry Omeyer de ne retenir que les principales lignes de son palmarès, d’en faire un résumé, de n’en garder que la substantifique moelle. La réponse a été aussi amusée que cinglante : « Tous les titres comptent, tous ! » , a souri le gardien de but de l’équipe de France de handball, égrainant d’une voix douce, mais ferme, un interminable chapelet de succès sur les scènes nationales et internationales.

On l’aura compris, Thierry Omeyer ne souriait pas vraiment et on sait pourquoi : il est le prototype du compétiteur, un gagneur, un vrai de vrai, au sens littéral du terme. Les 2es places, ça ne l’intéresse pas, pas plus en handball qu’à la belote ou au bilboquet, c’est comme ça. Mais comme on était vraiment à côté de la plaque, on a insisté, arguant qu’avec ce palmarès long comme l’envergure de ses bras, on risquait de manquer de place. Mais « Titi » ne plaisantait pas : « Eh bien, ce n’est pas grave, tu n’as qu’à écrire moins ou alors ajouter une page de plus. Le palmarès, ça dit tout, ça parle de soi. Il n’y a que ça qui compte. Quand tu en as dressé la liste, il n’y a quasiment plus rien à ajouter. »

Soit. On ajoutera quand même qu’avec un tel état d’esprit - pas surprenant en ce qui le concerne, mais quand même -, le Haut-Rhinois de 39 ans a d’ores et déjà annoncé la couleur au moment de s’envoler pour le Brésil. À Rio, le plus grand gardien de handball de tous les temps, probablement le plus grand sportif alsacien de tous les temps aussi (le seul en tout cas à avoir décroché deux médailles d’or aux Jeux), tentera de décrocher son troisième titre olympique d’affilée. Il a beau la jouer prudent, refuser de verbaliser ce qu’il pense tout bas, on sait bien qu’une machine à gagner comme l’équipe de France de handball ne peut et ne veut pas viser autre chose que la plus haute marche du podium. Comme à Pékin en 2008, comme à Londres en 2012.

« Les JO, c’est tellement au-dessus de tout »

La petite différence cette fois-ci, c’est que Thierry Omeyer a annoncé qu’il s’agissait de ses derniers Jeux Olympiques, prélude d’une fin de carrière qui ne devrait plus trop tarder désormais, dans les deux années à venir. « Certes, ce sont mes derniers JO, mais ça ne joue pas vraiment au niveau de ma motivation, précise néanmoins le portier du Paris SG, avec qui il a remporté les deux dernières éditions du championnat de France. Les Jeux, c’est tellement à part, c’est tellement au-dessus de tout le reste, que le degré d’envie est à son maximum à chaque fois. J’en ai déjà vécu trois, je sais de quoi je parle. Je me suis préparé comme d’habitude, je n’ai rien changé à ma manière d’aborder la compétition. Je penserai à tout ça après, peut-être. »

Pour l’instant, l’Alsacien accepte seulement de se projeter jusqu’aux quarts de finale du tournoi olympique, mais pas au-delà. « Les quarts, c’est le tournant, parce que si tu gagnes, alors tu joues pour une médaille, indique-t-il, pragmatique. Mais il faudra d’abord sortir de notre poule, rien n’est jamais gagné d’avance. On a une équipe avec des anciens et des nouveaux, il y a de la qualité. Disons qu’on a de grandes ambitions... »

Lesquelles exactement, on ne le saura pas. Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’Omeyer et les Experts ne se sont jamais habitués à gagner, c’est sans doute pour ça qu’ils le font aussi souvent. Et tant pis s’il n’y aura bientôt plus de place dans nos pages pour dresser leur palmarès.

 


Notez

Dans la même rubrique :
< >