Menu

IGOR ANIC | LE PIVOT VOYAGEUR

Rédigé le Mardi 30 Mai 2017 à 18:49 | Lu 3098 fois


Robuste pivot expérimenté de 30 ans, Igor Anic a découvert le haut niveau dès l’âge de 18 ans . Rencontre avec un joueur confirmé du championnat de France .


IGOR ANIC | LE PIVOT VOYAGEUR
Igor, pourquoi es-tu parti de Montpellier en 2007 ?
Mes années de formation arrivaient à leurs fins, et il était temps pour moi de trouver un club pour continuer mon évolution, car à Montpellier la position était occupée par les 2 meilleurs pivots du championnat à cette époque-là (Juricek/Tej).

Que retiens-tu de tes années à Kiel où tu as remporté de nombreux titres ?
J'ai passé 3, puis une, années magnifiques à Kiel. J'ai eu la chance de jouer dans ce club qui pour moi est le meilleur club au monde et de côtoyer plusieurs meilleurs joueurs du monde. Toute la ville respire Handball, et vie au rythme des hauts et des bas du club. 

Dès 2012, tu rentres en France pourquoi ?
Je suis partie à 20 ans, et ça faisait 5 ans déjà que je vivais à l'étranger. Dans un coin de ma tête, je pensais beaucoup à l'équipe de France et je voulais me rapprocher des yeux du sélectionneur pour essayer d'obtenir ce ticket si important qu'est l'équipe de France. 

La saison dernière, tu signes à Saran. Sans faire injure à ton équipe, n’était-ce pas possible de signer dans un autre club vu que tu possèdes un beau CV ?
Je me suis retrouvé dans une situation où je n'avais pas beaucoup de possibilités, du moins rien qui me branchais. Et lorsque mon choix a dû se faire entre l'appât du gain (Qatar) ou le retour en LNH, mon choix n'a pas était dur à faire.

Comment s’est passée la saison ?
J'aimerais qu'on me repose la question le 8 juin quand on pourra faire les bilans de fin de saison. Au jour d'aujourd'hui, nous ne sommes toujours pas sauvés. Cependant, si je devais faire un bilan, je dirais que nous avons réussi à contredire certains soit disant expert du Handball qui nous voyaient faire comme on aime le dire une Billère, à ne gagner aucun match. Et nous avons finalement surpris pas mal de monde, peut-être nous-même par moments. On fait une deuxième partie de saison très compliquée, où nous avons perdu à tour de rôle 1 puis 2 puis 3 joueuses clés ! Et n'ayant pas l'effectif fourni de la plupart des clubs, cela nous a mis en danger. 

La saison prochaine, tu évolueras à Celje. Ce choix est plutôt surprenant non ?
Peut-être pour certaines personnes ! Grâce à mes coéquipiers, je fais une très bonne saison ! J'ai eu quelques touches, mais rien de concret. Je sais que je suis un bon pivot et que je peux encore surprendre par mon niveau de jeu. Celje est la meilleure équipe slovène, vainqueur de la ligue des champions, et participant à la ligue des champions quasi chaque année. Ma motivation était de rejouer la ligue des champions, de jouer la ligue SEHA, de me battre pour les titres, et une autre bonne raison était que me femme est slovène, ce qui était pour moi une opportunité de me rapprocher de la famille tout en évoluant au plus niveau.

En 2017-2018, tu découvriras ta 7e équipe, est-ce les aléas de ta carrière où c’est un choix délibéré de changer fréquemment de club ?
Je suis arrivé en France à l'âge de 18 mois ! Mon père était joueur de hand professionnel, et tout au long de sa carrière, nous avons beaucoup bougé. Du coup, je n'ai jamais vraiment connu ce que c'est que d'avoir des attaches à un endroit en particulier. Je pense que mes choix et mon caractère ont fait que j'ai beaucoup changé de club. Si en 2010 Kiel m'avait donné un contrat de 10 ans, je l'aurais signé sans hésiter, mais le sport pro aujourd'hui, c'est un monde ou rarement on donne de l'importance aux sentiments, à l'humain ! Je connais tellement de cas où un joueur passe toute sa carrière dans un même club, pour à la fin être mis à la trappe parce que c'est le sport qui veut ça. 
Mon caractère a aussi beaucoup joué sur mes décisions, je suis quelqu'un d'honnête et de juste ! Et lorsque je me retrouve confronté à certaines situations, et bien, je réagis naturellement, sans filtres. Mais j'apprends de mon passé et évolue pour le futur. 

Tu as un beau gabarit pour le poste de pivot, que te manque-t-il pour devenir un titulaire à part entière chez les experts ?
Je pense que défensivement, je dois progresser, pas temps dans la qualité de mon jeu défensif ! Plutôt dans mon volume défensif et dans la quantité d'agressivité. Offensivement, je suis au niveau, il me manque de l'efficacité défensive. Une chose par exemple que Ludo fait très bien !


Chris Corion
Hand-Planet

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Avril 2020 - 18:18 LSL | Mercato : ça bouge à Tremblay !

Jeudi 30 Avril 2020 - 17:24 LSL | 5 départs chez les Béliers !