Menu
handplanet handplanet


handplanet

Hansen sauve Paris et plombe Saint-Raphaël

Rédigé le Vendredi 7 Avril 2017 à 21:09 | Lu 1227 fois


Premier match du Final4 2017 de la Coupe de la Ligue, qui se déroule à Reims. Les joueurs du PSG, grand favori, sont opposés à l’équipe de Saint-Raphaël, qui compte bien jouer les trouble-fête. Le vainqueur du match affrontera soit Dunkerque soit Nantes dès demain.


Paris en mode rouleau compresseur

Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Malgré l’ouverture du score de Karalek, le début de match ressemble à un cauchemar pour Saint-Raphaël, qui ne trouve aucune solution face à une équipe du PSG bien en place. Gensheimer ouvre le score parisien sur pénalty avant que les joueurs de la capitale profitent des mauvais choix de leurs adversaires comme sur cette interception de Stepancic sur Di Panda. Joël Da Silva est obligé de prendre un temps mort rapide après moins de six minutes pour recadrer ses joueurs : « On ne défend pas, on prend un penalty parce qu’on dort. Réveillez-vous ». Rien ne fonctionne pour les varois à l’image de la tentative de lob sur pénalty de Raphael Caucheteux qui trouve la barre. Les cinq pertes de balles font mal aux joueurs du sud et l’écart flambe même à 6-1 sur une réalisation d’Hansen. Alors qu’une possibilité à six mètres se présente pour Jurka, Omeyer continue de fermer la boutique et Abalo envoi un tir sous la barre. A la 12ème minute, Di Panda trouve enfin la mire du côté opposé à son poste pour réduire le score à 7-2. Comme un réveil, Krantz marque dans la foulée et Djukanovic s’impose face à l’ailier allemand.
 

Saint-Raphaël grapille

Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Alors que l’écart semblait être énorme, il y a quelques minutes, Sarmiento fait revenir les siens à 7-4 mais Abalo redonne immédiatement un peu de souffle à son équipe. Pour autant, les deux gardiens continuent à s’illustrer mais Saint-Raphaël n’abdique pas avec Vigneron pour maintenir l’écart à trois buts. C’est alors que Gensheimer sort son poignet magique pour envoyer une roucoulette dans le but adverse et régaler le public rémois. Par l’intermédiaire d’un énième arrêt d’Omeyer, Nikola Karabatic redonne cinq buts d’avance à Paris. Alors que le match est décousu, Djukanovic répond à son homologue par plusieurs fois et il permet aux varois de revenir à deux buts sur un tir très fermé de Vigneron. Un premier fait de jeu intervient avec l’exclusion pour deux minutes d’Omeyer, qui conteste une décision litigieuse du corps arbitral. Le nombre de jet de sept mètres augmente au fil du match et à ce jeu Gensheimer s’illustre avec son huitième but. La mi-temps est atteinte sur le score de 18-14 après arrêt de Skof et une dernière finition d’Abalo.

Alors que le match semblait partir sur une démonstration du PSG, les varois ne se sont pas énervés et petit à petit ils ont pu faire leur retard. Avec deux bons gardiens de chaque côté, le match pourrait se jouer dans les cages en seconde période.
 

L'écart reste stable

Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Remili s’illustre rapidement avant que Simicu ne lui réponde tout aussi vite. Les deux équipes se répondent coup pour coup et c’est Paris qui fait le premier coup double avec des réalisations d’Hansen puis Gensheimer pour porter l’avance à six unités. Une nouvelle fois, Saint-Raphaël fait le dos rond et grappille pour recoller à 23-19. Avec une intensité défensive plus importante, les varois arrivent à faire durer les actions parisiennes mais même lorsque Nikola Karabatic est accroché par Hmam, il arrive à lâcher un tir venu de nulle part pour tromper le portier adverse. L’écart stagne à quatre buts alors que le temps joue contre les bleus et jaunes et que Skof stoppe la tentative sur pénalty de Sarmiento. Sur le même exercice, Gensheimer ne se loupe pas et donne six buts d’avance au PSG à quinze minutes du terme. Jurka maintient un peu de suspens alors que Paris se fait prendre sur un décalage d’école. Lynggaard aurait même pu réduire le score s’il n’avait pas laissé trainer son pied dans la zone avant de récupérer une offrande de son coéquipier. La sanction est immédiate et le score remonte à 29-23 sur un but de Remili avant que Saint-Raphaël ne revienne une nouvelle fois à quatre longueurs.
 

Une fin de match dantesque

Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
C’est Lynggaard qui sonne cette révolte et fait revenir son équipe à 30-27 pour le bonheur du public. Cette bonne période couplée aux échecs du PSG sur Djukanovic permet à Caucheteux de ramener son club à deux buts. Serdarusic n’a pas d’autres choix que de poser un temps mort et l’on entend Nikola dire à ses coéquipiers « on ne court pas », ce qui retranscrit totalement les six dernières minutes où Paris déjoue en permettant aux varois d’enchainer les montées de balles. Alors que Sarmiento est seul à six mètres, Omeyer régale d’une parade avant de faire également déjouer Stehlik. Dans un moment si important, qui aurait pu permettre à Saint-Raphaël d’égaliser, le portier champion du monde a fait parler l’expérience. C’est Hansen qui redonne de l’air au PSG alors que Djukanovic avait fait une première parade mais le match reste serré puisqu’Abily ramène le score à 31-30 à deux minutes de la fin. Sur une perte de balle de Nikola Karabatic, les bleus et jaunes récupèrent un ballon qu’ils fructifient par Jurka avant que les arbitres n’annulent le but pour une zone, très discutable à cet instant crucial. Qu’importe, une dernière balle sera disponible pour égaliser et Caucheteux se fait bousculer par Abalo à huit secondes du coup de sifflet. Il se fait justice lui-même à sept mètres pour égaliser à 31-31 et presque envoyer les deux équipes en prolongations. Presque car Hansen envoi un missile à quinze mètres de Djukanovic sur le buzzer pour sceller une victoire 32-31.

Les varois pourront regretter l’entame de match mais surtout cette dernière action où la défense a reculé pour subir un tir fou du danois. Paris s’impose sans la manière mais avec l’expérience et la gestion des moments importants qui permettent souvent de faire la différence dans un match de haut niveau.
 

Statistiques du match

Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Saint-Raphaël : Djukanovic (15/46), Mathias (0/1) – Krantz (2/5), Simicu (1/3), Abily (3/5), Sarmiento (4/9), Lynggaard (4/4), Jurka (1/2), Caucheteux (6/8), Stehlik (0/1), Vigneron (4/4), Trottet, Krakowski, Di Panda (2/5), Karalek (4/5), Hmam

Paris : Skof (2/4), Omeyer (13/42) – Gensheimer (11/13), Mollgaard (0/1), Accambray, Stepancic (2/4), Kounkoud, Barachet, Remili (3/6), Abalo (4/6), L.Karabatic (1/3), Hansen (7/12), Narcisse (0/1), N.Karabatic (4/6), Nahi
 

Réactions d’après-match

Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Crédit Photo : Isa Harsin - Hand Planet
Raphaël Caucheteux, au micro de Bein Sport : « Cela fait la quatrième fois qu’on arrive au Final4 mais qu’on ne s’impose pas. C’est dommage, il y avait la place en deuxième mi-temps mais on a commencé par un 7-1 qui fait mal. J’aimerai bien que Dunkerque s’impose pour voir le petit poucet aller plus loin. »

Mikkel Hansen, au micro de Bein Sport : «  Saint-Raphaël a reculé sur ce dernier coup franc. On fait une passe et un tir. On a bien contrôlé le match mais on a perdu des ballons et on prend trois contre-attaques directes. C’est là que le match a changé. »
 

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Décembre 2019 - 09:40 CdL | Une défaite frustrante pour les Nordistes.

Dimanche 3 Novembre 2019 - 21:22 CdL by Lidl | Les résultats du 3ème Tour