Menu
handplanet handplanet



David Vandromme, L'expérimenté « retrouver Laurent Gruselle comme coach et ami quel bonheur.»

Rédigé le Vendredi 4 Mai 2018 à 23:05 | Lu 1838 fois


Joker indispensable du coach Laurent Gruselle à presque 40 ans, David Vandromme fait le point sur sa carrière.


David Vandromme, L'expérimenté « retrouver Laurent Gruselle comme coach et ami quel bonheur.»


Peux-tu nous parler de ton parcours ?

 

J'ai commencé le handball en école primaire, avec un certain André Nita et Jean-François Courcol qui ont détecté en moi des capacités intéressantes pour ce sport. J'ai été dirigé en sport étude et donc au club de l'USDK en jeune.

A l'âge de 15 ans, j'ai participé au championnat de France Falcony et à 16 ans je faisais mon premier match en N3, avec des joueurs comme Seb Bosquet ou Jessy Vermersch.Ensuite, je suis entré directement en centre de formation où je me suis entraîné avec des joueurs comme Laurent Gruselle, Franck Deheunynck et Dragan Mladenovic. Cette année-là , nous sommes montés directement en N2, Je suis resté 2 ans à ce niveau avec cette équipe, et après, je suis parti au club de Gravelines en prénationnal. Au bout de la deuxième année, nous sommes montés en N3 et en N2 au bout de 7 ans, et j'y suis resté 12 ans. Enfin, je suis arrivé au club du HBCM Saint Pol sur Mer ou j'ai retrouvé mon entraîneur de l'époque : Olivier Histre.

 

Sur certain match on peut te retrouver pivot, ailier ou demi-centre, quel est ton vrai poste ?

Mon poste d'origine à Dunkerque était pivot (malgré mes 1m70 et mes 65 kg). A Gravelines, je jouais demi-centre, pivot ailier, de même qu'à Saint Pol.

 

Tu as joué à Gravelines également. Quel souvenir gardes-tu de cette période ?

La montée en N3 et N2, car on avait vraiment une équipe de fous furieux avec des mecs comme David Darras, Fabien Lemattre et un certain Jeremy Littiere.

 

Quand et pourquoi as-tu signé pour le HBCM de Saint Pol ?

Je pense que quand on fait 12 ans dans le même club (Gravelines), il faut voir autre chose. J'ai donc signé à Saint Pol en 2011 car ce club me semblait avoir des objectifs - en l'occurrence de monter en N3 - non seulement sportivement je m'épanouis, mais humainement aussi car j'y retrouve quelques connaissances comme Greg Tirmarche, Clem Veron, Topher Legal...Ce club est une famille où l'on s'y sent bien. Et de retrouver Laurent comme coach et ami quel bonheur.

 

Depuis le début de la saison, ton équipe domine le championnat mais semble marquer le pas sur certains matchs à l'extérieur, la salle Romain Roland est une forteresse imprenable alors qu'à l'extérieur cela semble plus difficile, peux-tu nous dire pourquoi ?

 

Bonne question, personne ne le sait vraiment, avec Laurent on s'est posé toutes les questions possibles mais on ne trouve pas. Moi, je pense qu'en étant premier il est impensable de perdre à domicile par contre à l'extérieur on perd tous nos moyens, on ne ressemble plus à une équipe de guerriers, et pourtant il faudra se battre pour la fin du championnat et surmonter cette faiblesse si on veut accéder en N2.

 

L'arrivée de Jérémie Littière dans les buts à permis l'éclosion de Max Marteel, Alan Mohamed marche sur l'eau (meilleur buteur du championnat) et le talent d'Alex Histre est en train d'éclore au grand jour. Quel est le joueur qui t'impressionne le plus ?

 

L'arrivée de Jeremie Littière a vraiment été un plus pour l'apprentissage de Max car Jerem a beaucoup d'expérience et pour moi il a été l'un des meilleurs gardiens avec qui j'ai pu jouer ou affronter. C'est ce qui pouvait arriver de mieux à Max. Alan est très jeune et le niveau qu'il a déjà est impressionnant physiquement et collectivement. En tant qu'ancien, notre travail avec lui est surtout à faire sur son mental, car il est trop impulsif et cela lui porte défaut parfois, mais c'est un mec qui peut largement jouer au niveau supérieur. Alex Histre est physiquement une force de la nature, il a des capacités énormes pour quelqu'un qui a commencé le hand sur le tard, il est capable de mettre le feu en plein match à lui tout seul mais malheureusement la blessure de son genou est arrivée au mauvais moment, car pour les 4 matches à venir il nous aurait fait du bien. En conclusion, ces 3 joueurs m'impressionnent pour leurs jeunes âges.

 

Le manque de rotation sur certains postes n'est-il pas préjudiciable à l'équipe ?

 

C'est vrai que le manque de rotation nous porte préjudice, surtout sur la base arrière car quand il y en a un qui n'est pas dans le coup c'est compliqué de le remplacer surtout depuis la blessure d'Alex. Après, toute l'équipe se met ensemble pour combler ce manque et Laurent trouve toujours une solution, comme par exemple, mettre Julien Dutriaux ou mettre un vieux comme moi.

 

A presque 40 ans es-tu prêt à faire encore une pige si la montée est au rendez-vous ?

Je ne pense pas refaire une pige en nationale, car mon corps commence à souffrir et puis ma place n'est plus sur le terrain. Avec tous ces jeunes, c'est déjà un scandale que je joue encore (dixit Laurent Gruselle). Après, je prends quand même mon pied à diriger ces jeunes vers la montée et finir là-dessus serait parfait pour ma fin de carrière.

 

Pourquoi ce surnom, « Gaz » ?

Gaz veut en fait dire gazelle. Mon coach, Jean-Luc Comyn, m'a attribué ce surnom à mon époque de Gravelines, car il parait que je courrais vite et que je sautais haut, Et puis c'est resté, Conclusion de Gaz : Je remercie tous les bénévoles et dirigeants (et toi Tof) pour leur travail car je pense que sans eux on aurait pas pu en arriver là.

 

Chris Corion Hand Planet
Photo HBCM St Pol sur mer

 


Notez






Facebook