Menu
handplanet handplanet



Benjamin Braux : « J’ai de l’ambition, je ne m’en cache pas »

Rédigé le Vendredi 16 Juin 2017 à 23:37 | Lu 594 fois



Àl’heure qu’il est, Benjamin Braux a déjà bouclé les valises, fermé les écoutilles, et pris la direction d’une île paradisiaque de l’Océan indien. Où le jeune marié compte bien « couper » pendant trois semaines avec l’ambiance des terrains…
Histoire, aussi, de digérer une saison tout bonnement exceptionnelle sur le plan sportif : entre la victoire de Massy en play-off, son départ pour Tremblay ou son trophée « d’entraîneur de Proligue l’année ». Le deuxième… en trois saisons ! (1). Parvenu il y a quelques jours à l’âge du Christ (33 ans), le messie de Massy a la main chaude. Et il compte bien la garder…


Benjamin, il y a définitivement des années qui comptent plus que d’autres dans une vie. On imagine que celle-ci en fait partie ?
Effectivement. Jusqu’ici, 2017 est un peu l’année parfaite ; le plus important étant pour moi la montée de Massy. Déjà parce que c’est une belle récompense pour le club. Mais aussi, parce qu’avant mon départ pour Tremblay, elle me permet de gagner ma légitimité par le biais sportif.

Pour user d’une métaphore sortie d’une partie de tarot : vous avez donc emmené le ‘‘petit’’ au bout (2) ! Aviez-vous l’intuition que cette saison était la bonne ?
Je sentais qu’on avait un groupe taillé pour la gestion des gros matches, une belle maîtrise défensive, une montée de balle et un jeu d’attaque bien huilés. Ce n’était pas forcément la meilleure équipe que j’ai eue sur le plan offensif, pas non plus la meilleure en défense. Mais assurément la plus complète, et la plus expérimentée. Avec, il faut le dire, un demi-centre exceptionnel (NDLR : Le Hollandais Luc Steins, élu meilleur joueur de Proligue vendredi dernier, et qui rejoindra son coach à Tremblay)….

Cette montée est aussi un cadeau assez lourd (pour l’avant-dernier budget de D2)…
Oui, mais je suis persuadé que Massy va monter (NDLR : Son président, Gilles Desgrolard, avait jusqu’à mercredi pour présenter son dossier devant la CNACG. La difficulté de l’exercice consistant, pour le club de l’Essonne, à garantir un budget d’1,6M d’€… et à trouver une salle aux normes !). Je ne vois pas pourquoi ça ne marcherait pas. Massy sera forcément l’un des plus petits budgets de Starligue, mais cette expérience va lui permettre de se structurer. Avec sept départs au sein de l’effectif, ça ne sera pas forcément facile sur le terrain. Mais quoi qu’il ne soit, on a fait notre job.

« En D2, j’avais un peu fait le tour de la question »

Pourquoi avoir choisi Tremblay ? Vous en aviez un peu marre du sud de Paris ?
(Rires). J’avais annoncé assez tôt que c’était ma dernière année. C’est vrai qu’en D2, j’avais un peu fait le tour de la question. J’ai reçu d’autres propositions (Ndlr : Notamment de Sélestat, depuis reléguée en Proligue). Mais l’accession de Tremblay est tombée dans le bon timing et je crois sincèrement au potentiel humain de ce club qui, il y a trois ou quatre ans, était encore européen (Ndlr : Tremblay a notamment disputé la finale de la Coupe des vainqueurs de coupe, en 2011). Et qui aspire à de nouvelles ambitions. De l’ambition, j’en ai aussi. Je ne m’en cache pas !

En se séparant de David Christmann (qui vient de faire monter le club et à qui il restait deux ans de contrat), les dirigeants de Tremblay vous font d’ailleurs une belle confiance…
Je sais qu’ils ont fait des efforts. À moi de leur rendre par les résultats.

À travers son jeu rapide notamment, Massy s’est construit une vraie identité, une patte qui a fait son succès. Celui-ci vous semble-t-il exportable ?
Je vais voir ce que je peux faire (rires). Mais Tremblay possède déjà un style qui correspond bien à ma philosophie de jeu, avec des joueurs dynamiques, une grosse défense et une montée de balle rapide.
Le seul problème, c’est qu’il va falloir trouver de nouvelles excuses pour venir faire la fête à Nancy…
En tout cas patienter jusqu’au 8 septembre (date du 1er tour de la Coupe de la Ligue ; lire ci-dessous).
(1) Depuis ses débuts sur le banc, à Massy, il a été nominé quatre fois… en six saisons !
(2) Massy a disputé les play-offs à quatre reprises lors des cinq dernières éditions.


Recueilli par F.VA

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Décembre 2017 - 12:19 Nîmes : Paul Teodor nouvelle recrue de l'Usam







Facebook