Menu
handplanet handplanet


handplanet

Après Fleury, Saran Loiret Handball perd l'un de ses principaux sponsors

Rédigé le Jeudi 14 Février 2019 à 17:53 | Lu 807 fois



PDG du groupe La Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel et président du club des partenaires du club saranais, Emmanuel Vasseneix prend du recul.
Le coup est rude pour le sport local, et plus particulièrement pour le handball: quelques heures après que Jean-Pierre Gontier a officialisé son départ de la présidence du Fleury Loiret Handball (Ligue féminine) et la fin de son partenariat avec le club au terme de la fin de la saison, Emmanuel Vasseneix confirme que lui aussi va prendre du recul à Saran (Proligue, l'équivalent d'une deuxième division).

Le président directeur général de la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel y joue un rôle tout aussi capital et fédérateur, puisque sponsor et président du club des partenaires.

La conjoncture économique est le premier élément que donne Emmanuel Vasseneix pour expliquer sa décision: "La période est compliquée, expose-t-il. Il y a besoin de se recentrer sur les fondamentaux de l'entreprise."

Mais comme Jean-Pierre Gontier avant lui, Emmanuel Vasseneix regrette que les efforts consentis au sein du club ne trouvent pas l'écho qu'ils méritent auprès des collectivités locales. "Elles aussi ont des difficultés, j'en ai conscience, convient-il. Mais ça fait cinq ans qu'on porte ça à bout de bras. Il y a un équilibre à trouver entre privé, public et ressources propres du club. On s'épuise..."

"Un gâchis"

Au Saran Loiret Handball comme à Fleury, il était attendu un signal fort de la Métropole : une augmentation du soutien public, au passage des clubs sous son giron.

Mais il n'en est rien : l'opération s'effectue à budgets constants. Emmanuel Vasseneix n'hésite donc pas à parler de "gâchis" : "C'est dommage parce qu'on a démontré qu'Orléans et son agglomération pouvaient être une zone sportive; cela aussi sert à l'attractivité du territoire. Mais très clairement, on ne ressent pas des collectivités l'envie de développer... Les priorités sont ailleurs."

Pour Saran Loiret Handball, moins dépendant d'Emmanuel Vasseneix que Fleury Loiret Handball ne l'est de Jean-Pierre Gontier (qui assure au moins 40% du budget du club), l'avenir paraît moins sombre. Il n'en sera pas moins compliqué.



Pascal Bourgeais

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Mars 2019 - 16:24 Chartres | Un point sur le recrutement