Menu
handplanet handplanet



Nîmes - Montpellier ce mercredi, "ça va être génial !"

Rédigé le Mercredi 19 Avril 2017 à 12:55 | Lu 66 fois



R émi Salou, pivot formé au MHB, va jouer son premier derby avec l'Usam face à son ancien club. Le match a lieu ce mercredi 19 avril, à 20 h 45, à Nîmes.

Rien qu'en parlant du derby, avec vous, là, j'ai déjà des frissons, alors... » Alors, ça promet. Rémi Salou, qui a joué cinq saisons à Montpellier (2007-2012), s'apprête à vivre le derby de l'autre côté. Du côté de l'outsider nîmois. A l'aller (victoire du MHB 37-30), le pivot de 29 ans était blessé. Autant dire que le pilier défensif de l'Usam trépigne...

Pour l'Usam, le derby est le match de l'année. Et pour Montpellier, quand vous y étiez ?

C'était aussi un match très attendu et très important, pour la suprématie locale. La pression, la ferveur, on la ressentait autour de nous. On l'abordait comme un match de Ligue des champions, avec autant de préparation, de vidéo... C'était le match à ne pas perdre.

Et avec le MHB, vous ne l'avez pas souvent perdu...

J'ai dû jouer une dizaine de derbies, je n'en ai perdu qu'un au Parnasse (25-21, en avril 2012, NDLR), où il y a une ambiance de folie qui peut faire basculer un derby.

Montpellier, c'est le club où vous êtes resté le plus longtemps durant votre carrière. C'est VOTRE club ?

C'est le club qui m'a fait découvrir le haut niveau, gagner des titres et jouer en Ligue des champions. Je lui en serai toujours reconnaissant. J'ai gardé contact avec Guigou, Bonnefond, Grébille... “Mika” (Guigou), je le vois souvent en dehors. Mais maintenant, je suis Nîmois. On va se parler et plaisanter avant, à l'échauffement ; mais après, pendant le match, Montpellier va ramasser !

N'avez-vous pas de regrets de ne pas y avoir percé ?

Parfois, dans une carrière, il y a des opportunités à saisir. Et parfois, elles sont contre toi. A un moment donné, il a fallu faire la place à d'autres joueurs (comme Luka Karabatic, NDLR). Moi, j'ai su rebondir personnellement à Tremblay, puis à Nîmes, un club qui correspond à mes valeurs et à mes ambitions.

À l'Usam, vous avez trouvé ce que vous êtes venu chercher ?

J'ai trouvé une famille ! À chaque journée, je sais que je pars au combat avec des guerriers, une équipe capable de se sublimer. Et contre Montpellier, il faudra défendre l'acier pour les perturber le plus longtemps possible. On fait une super saison. Ce qui arrive, ce n'est que du positif. On a eu un micro passage difficile en début d'année, on s'est dit les choses, et c'est reparti. On avait bien débuté le championnat, il n'y avait pas de raison que l'on ait tout perdu. Aujourd'hui, on est les seuls maîtres de notre destin (dans la course à l'Europe, NDLR). Ce derby, entre deux équipes en grande forme, ça va être un match génial !

Combien de pourcentage de chances de victoire donnez-vous à l'Usam mercredi ?

Objectivement, 70-30 pour le MHB. Mais avec 10 % pour le Parnasse, ça fait 70-40 !

Sinon, dans son numéro d'avril, le magazine “Hand Action” vous consacre un article : “Salou joue-t-il trop dur ?” Votre réaction ?

La question, c'est : “Qu'est-ce que bien défendre ?” C'est presque un débat philosophique... Pour moi, c'est être à la limite, tout le temps, par rapport à ce que permettent les arbitres. Après, avec la fatigue, on peut se louper, ça arrive. Le handball, c'est un sport de contact... Sur le carton rouge que je prends sur Abily (début mars à Saint-Raphaël, NDLR), c'était dans le jeu, je me suis excusé de suite. ça fait dix ans que je joue en LNH, je pense que je fais partie des meilleurs défenseurs français, et je ne vais jamais en commission de discipline.



ÉRIC DELANZY

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Août 2017 - 21:01 Niko Mindegia : Ses premières impressions

Mardi 15 Août 2017 - 16:23 Le HBC Nantes remporte la Sparkassen Cup !







Facebook