A la une

Le MHB en Ligue des Champions

Le MHB a obtenu ce jour son ticket pour disputer la plus prestigieuse des compétitions de club en Europe ! En effet, l’EHF a annoncé ce matin la liste des participants pour la prochaine Ligue des Champions. Montpellier fait partie du...

Voir tout

Jackson Richardson lance Seven

Jackson Richardson est considéré à raison comme l’un des meilleurs handballeurs de tous les temps. Joueur incomparable, il est depuis 2015, l’entraîneur du Dijon BHB. Aujourd’hui, ce n’est ni le joueur, ni l’entraîneur que nous avons rencontré, mais le co-fondateur de la marque « Seven ».Avec simplicité et complicité, il a accepté de répondre à nos questions… Jackson, tu viens de lancer, depuis le 7 juin, Seven. Comment t’es venu l’idée de lancer ta propre marque de textiles et d’équipements liés au handball ?En fait, cela faisait un moment que je me disais que j’aimerais bien mettre en place un produit qui était un peu à l’image de mon nom. Cette opportunité m’est arrivée grâce à Adeline Michelin, mon associée, qui m’a donné la possibilité de construire et d’enrichir ce projet. Parlons donc de Seven. Pourquoi ce nom ?Le chiffre 7 apparaît de façon récurrente dans ma vie et dans ma carrière. Si on refait un peu mon parcours, le handball se joue à 7 et j’ai porté le numéro 17 avec l’équipe de France. Le 7 m’a toujours suivi sans que je me rende vraiment compte...J’ai pris ma première licence à Saint-Pierre de la Réunion en 1977, j’ai joué dans 7 clubs, j’ai 417 sélections et 797 buts en EdF, j’ai gagné 7 médailles dans les compétitions internationales et j’ai été nominé 7 fois pour le titre de meilleur joueur du monde.Mon fils est né en 1997 et moi je suis né le 14 juin (7*2). Et puis, le 7, c’est un chiffre qui porte bonheur. Donc, le 7 a toujours été autour de moi et c’est pour cette raison que j’ai choisi « Seven ». Quelles sont les gammes de produits que tu vas proposer sur ton site internet ?On trouvera des produits dédiés au sport. Quand on a l’opportunité de pratiquer le handball, le football ou même le rugby, on aime avoir des produits pour les jours de match ou même pour les entraînements. Mais, on trouvera aussi des articles pour la vie de tous les jours, car il ne faut pas exclure les non-sportifs. Mon but, c’est surtout de développer la marque avec pour ambition de satisfaire à la demande des sportifs et des non-sportifs. Pourra-t-on retrouver ta marque dans les boutiques dédiées au sport ?Non. Au jour d’aujourd’hui, je ne peux pas me permettre de me projeter trop vite et d’aller proposer mes produits dans les boutiques. Mon objectif premier, c’est de faire connaître « Seven » à travers vous et à travers des sportifs. Ce que je souhaite en premier lieu, c’est qu’on se dise que c’est une bonne marque française. Si on regarde les autres marques existantes dédiées au sport, je ne rivalise pas.Si j’ai la possibilité de pouvoir développer, faire connaître et satisfaire à la demande des gens qui croient en la marque, je serais partant pour développer encore plus, mais je pense qu’il y a des étapes à passer et je n’ai pas envie de les griller et de trop m’amplifier et de dérouter le désir de développement. Qu’est-ce qui va te différencier des autres marques ?Je ne pourrais pas me différencier, ce serait trop orgueilleux. Toutes les marques qui existent dans le sport ont fait leur preuve et sont de très haut niveau. Moi, j’ai envie d’apporter un autre outil, une autre démarche. Je veux que ce soit fun et que ça puisse faire plaisir au plus grand nombre. C’est vraiment la notion de plaisir qui t’accompagne dans cette démarche…Exactement. Ce n’est pas pour me démarquer par rapport à d’autres marques. Même si c’est un délire, c’est une émotion avec laquelle je m’enrichis afin d’apporter un truc en plus à moi-même et au public. On a connu le Jackson joueur, puis reporter, aujourd’hui, on a le Jackson entraîneur et propriétaire de sa propre marque. C’est quoi le prochain défi ?Pour le moment, je reste à ma place. C’est vrai qu’aujourd’hui, j’ai la facilité de pouvoir parler de la marque, mais je n’ai pas du tout changé d’orientation et la personne responsable de la marque, c’est Adeline Michelin. Moi, je suis plus dans un rôle d’intermédiaire afin de valoriser la marque, mais je veux rester à ma place et faire les choses que je suis capable de réaliser sur le terrain et en dehors afin d’amplifier mes connaissances et mes compétences en tant qu’entraîneur pour pouvoir transmettre mon savoir au niveau handball. Pourquoi communiquer sur Hand-Planet ?Au-delà de ce que vous faites, c’est avant tout l’amitié qu’on a eue dans ma première approche et dans les échanges qu’on a eus ensemble. C’est une opportunité de pouvoir échanger et de parler de notre sport par le biais d’Hand-Planet ou de Seven qui valorisent la performance, la réussite et la transmission. Pour découvrir les produits de la marque Seven, rendez-vous sur le site Sevenwear  Par Sabine PeaudeauHand-Planet
A la une: 
Oui
Article de club: 
Non
 
Voir tout

Pronostics

Classement des pronostiqueurs indisponibles

Créez le site de votre club
Voir tout